Pédagogie de haut niveau

En Russie, c’est connu, on boit trop de vodka.
Le Premier britannique, en visite officielle,
Réfuta la rumeur, car au fond rien de tel!
Les festins orientaux ne l’impressionnaient pas!

Sur la carte d’Europe, au récit des combats,
Chacun comptait ses points et voulait son morceau.
Tuer l’esprit prussien, préserver les Hongrois,
Sauver les Polonais et l’honneur des drapeaux.

Le tyran rouge était dangereux, soupçonneux.
Il fallait le convaincre et être pédagogue.
Les plus grands généraux avaient baissé les yeux.
Tous s’étaient retirés, mais le vieux bouledogue,

Bon Anglais, sûr de lui, sortit des alumettes.
“Ici sont la Russie, la Prusse et la Pologne.”
Sur la table, intrigué, ayant penché la tête,
Djougachvili sourit, ne se mit pas en rogne.

Et le rusé Winston, d’un geste triomphant,
Bougea deux bouts de bois et vingt millions de gens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *