A mon oncle, Joannès Durieux

Voici le poème que j’ai prononcé pour ses funérailles, le 5 juillet 2014.

Jean

 

Tu étais sec, sur un lit d’hôpital
Sans faim, sans soif, et à peine un sourire.
Comment parler quand la gorge fait mal?
Je me suis tu, mais je voulais te dire:
“Tu n’es pas seul.”

Le pèlerin, qui marche patiemment,
Portant sur lui un sac et ses douleurs,
N’oubliera pas qu’un seul regard aimant
Sait alléger les années de son cœur:
“Tu n’es pas seul.”

Aux jours d’efforts, quand la main devient lourde,
Aux soirs d’été, avec des joies amères,
Aux nuits de peur, lorsque la peine est sourde,
Outils rangés, on partage une bière:
“Tu n’es pas seul.”

Jean, aujourd’hui que tu t’en vas vers Dieu,
Je veux chanter mes vœux les plus précieux:
“Tu n’es pas seul.”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>