L’éthique, une morale étique

D’après l’étymologie, on pourrait croire que l’éthique et la morale sont la même chose.

Morale: du latin mos, moris, les moeurs.

Éthique: du grec ἔθος,  les mœurs.

La morale (ou l’éthique) est donc la discipline qui étudie les moeurs afin de déterminer le bien et le mal. C’est l’étude, plus ou moins objective, des comportements et de leurs conséquences.

Toutefois l’usage s’écarte un tantinet de cette définition. Il faut dire que lorsque les politiciens et les journalistes s’intéressent à un concept, on peut être à peu près sûr de ne plus rien y comprendre. Le citoyen conscientisé doit apprendre à louvoyer sur de subtiles distinctions. Commençons par la plus subtile: l’éthique c’est bien, la morale c’est mal, même si c’est la même chose. Vous me suivez?

Déjà, la morale est attachée à l’idée d’interdit religieux, donc c’est affreux pour le politicien qui se respecte. Si on commence à prendre l’avis des curés, quelle autorité reste-t-il à la République? Je vous le demande! C’est le retour d’un ordre moral d’un autre temps.

L’éthique, c’est très différent. C’est une valeur sacrée et incontestable, celle que tout citoyen conscientisé doit défendre bec et ongle. La preuve, c’est qu’on n’essaie même pas d’argumenter. C’est éthique. Point.

L’abstinence sexuelle appartient à la morale. Le préservatif est éthique.

Il ne faut bien sûr pas confondre l’éthique avec les tabous, qui sont une chose abominable. Il convient de parler de tout sans tabous avec tout le monde tout le temps. Mais attention à ne pas être quelque-chose-phobe!

Dans certains milieux, l’éthique se transforme en déontologie. C’est pareil, mais ça fait « pro ».

Selon le point de vue, fustiger les revenus du patron appartient à une morale étriquée ou à une éthique généreuse.

Et puis la morale, ça rapporte pas un rond, tandis que l’éthique, vous pouvez la labéliser, pour vendre certains de vos produits plus chers, mais pas tous, faudrait quand même pas abuser. L’équité, c’est vraiment une option sympa.

L’éthique, enfin, peut être opportunément confiée à un comité d’experts. Il faut bien reconnaître que les députés qui font les lois ordinaires sont un peu des nains pour distinguer le bien et le mal, l’argent public et le leur, les énergies propres et les casseroles sales.

De toute façon, le grec, c’est beaucoup plus classe que le latin, tous les pédants vous le diront.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *