Pour mon oncle Pierre Durieux

Pierre Durieux

Je suis beaucoup trop loin pour te dire adieu
Selon mon affection.
Pour te serrer la main, je m’adresse à Dieu,
Qu’il t’accueille en Sion.

Épris de liberté, tu es parti souvent,
Pour nous retrouver mieux,
Quand le Tanganyika, c’était en d’autres temps,
Restait bien mystérieux.

Changer de tout, d’amis, de pays et d’usages,
Jusqu’à devenir vieux.
Rester toujours fidèle, au sortir du vieil âge,
À la Patrie des Cieux.

Tu as vécu beaucoup, baptisé bien des gens,
Préparé bien des cœurs
Pour la noce et les joies, pour les moments dansants
Et pour ceux de malheur.

Aujourd’hui c’est ton tour, il faut bien qu’on te dise
Les mots du viatique.
Une dernière fois, tu remplis une église,
Bel acte évangélique !

Il ne le faudrait pas et pourtant nous pleurons
Ton départ attendu.
Pour le dernier voyage, accepte les chansons
De tes neveux émus.

1 Comment

  1. Merveilleux poème Stan pour une personne que j’aimais beaucoup, qui a baptisé tes 3 cousins. Moi aussi, je suis trop loin pour lui dire adieu au milieu de ceux qui l’admiraient, je le ferai avec mon cœur.
    Merci Père Pierre.
    Marielle

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*