Expiration

Depuis combien de temps suis-je là, étendu?
La douleur en mon corps est tout ce que je sais.
Une balle? Un shrapnel? Quoi qu’il en soit, c’est laid.
Mon sang triste s’écoule en la terre perdue.

En haut de la colline, au milieu des sapins,
Au-dessus de l’école, il est un cimetière,
Plein de papillons bleus, où m’attendent mes pères.
Ma sœur viendra y mettre un bouquet de lupins.

Voilà, je n’ai plus mal, et bien qu’il soit midi,
Il fait noir à mes yeux et froid dans ma poitrine.
Ma mère ne dort plus; l’attente la chagrine.

Mais mon corps bafoué se défait et l’on rit,
Pour ne pas trop crier au cauchemar physique
Que mon torse et mes bras tracent d’un air cynique.

 

Après trois autres poèmes sur ce thème, , et , je crois que je vais passer à autre chose.

Leave a Reply